Selon un rapport étudier à luniversité demeure un bon investissement

first_img Selon une étude de la CESPM rendue publique aujourd’hui, le 18 mai, les diplômés des universités des Maritimes continuent d’obtenir de meilleurs emplois et un salaire plus élevé. Cinq ans après l’obtention de leur diplôme, 73 pour cent des diplômés de 1999 avaient un emploi nécessitant une éducation universitaire ou occupaient un poste de gestion, et leur salaire était de 25 pour cent plus élevé que la moyenne canadienne. Le rapport Cinq ans plus tard : Un sondage auprès des diplômés universitaires des Maritimes de 1999 analyse les résultats d’un groupe de diplômés, deux ans et cinq ans après l’obtention de leur diplôme, et examine la transition vers le marché du travail, ainsi que la dette et la mobilité des diplômés. L’étude indique que la transition des diplômés vers le marché du travail dépend grandement du type de programme qu’ils ont suivi. Les diplômés en sciences et en arts appliqués et des programmes professionnels, dont l’éducation est axée sur une profession ou un emploi précis, ont réussi à se faire une place sur le marché du travail et à la conserver. Cependant, les diplômés de programmes de formation générale en arts et en sciences ont eu de la difficulté à intégrer le marché du travail. « La formation générale en arts et en sciences permet d’acquérir des compétences générales utiles dans différents domaines, affirme Léandre Desjardins, directeur général par intérim de la Commission. Bon nombre de diplômés constatent qu’ils doivent retourner aux études pour augmenter leurs chances de trouver un emploi. D’autres ont toujours eu comme objectif d’obtenir un diplôme d’études supérieures. » Le rapport indique que les études supérieures aident la plupart des diplômés à mieux s’intégrer au marché du travail, même ceux des programmes appliqués et professionnels. En effet, 72 pour cent des étudiants ayant obtenu leur premier diplôme en 1999 étaient de retour aux études en 2004. Par contre, plus on étudie, plus on s’endette. Soixante-treize pour cent des diplômés avaient emprunté pour obtenir leur diplôme de 1999 ou pour la poursuite de leurs études. Il s’agit d’une augmentation de 13 pour cent comparativement à 60 pour cent de ceux qui avait emprunté en 1999. L’emprunt moyen atteignait 28 078 $ en 2004, ce qui représente une augmentation moyenne de 7 000 $ depuis 1999. Le rapport indique également que les diplômés réussissent à rembourser leurs prêts. Cinq ans après l’obtention de leur diplôme, ils avaient réduit leur dette de 53 pour cent. Selon Sam Scully, président du Comité consultatif sur l’information et l’analyse qui supervisait le projet, le rapport indique que la moitié de tous les diplômés ayant obtenu leur premier diplôme universitaire en 1999 n’avaient plus de dette d’études cinq ans plus tard. De plus, le rapport offre certains détails sur la mobilité des diplômés. Il indique que 81 pour cent des diplômés universitaires de 1999 travaillaient dans les Maritimes en 2004, ce qui constitue une baisse de 6 pour cent comparativement à 2001. Le rapport indique également que la plupart des diplômés ayant quitté la région, l’ont fait pour des raisons liées à lemploi. Le sondage de 2004 mené auprès des diplômés universitaires des Maritimes de 1999 est le cinquième sondage du programme de sondage des diplômés de la Commission. Il est accessible sur le site Web de la Commission à www.cespm.ca/francais/pol_b.html . La Commission de l’enseignement supérieur des Provinces maritimes a été créée en 1974 pour aider les établissements et les gouvernements à offrir le meilleur environnement d’apprentissage postecondaire possible. Les 19 membres de la CESPM proviennent des provinces Maritimes et ils représentent des établissements d’enseignement supérieur, des gouvernements provinciaux et le grand public. AUX FINS DE DIFFUSION : Selon une étude de la CESPM rendue publique aujourd’hui (le 18 mai), les diplômés des universités des Maritimes continuent d’obtenir de meilleurs emplois et un salaire plus élevé. Cinq ans après l’obtention de leur diplôme, 73 pour cent des diplômés de 1999 avaient un emploi nécessitant une éducation universitaire et leur salaire était de 37 pour cent plus élevé que la moyenne canadienne. L’étude indique que la transition des diplômés vers le marché du travail dépend grandement du type de programme qu’ils ont suivi. Les diplômés de programmes axés sur une profession ou un emploi précis ont réussi plus facilement à se faire une place sur le marché du travail. Le rapport est accessible sur le site Web de la Commission de l’enseignement supérieur des Provinces maritimes. -30- COMMISSION DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DES PROVINCES MARITIMES –Selon un rapport, étudier à l’université demeure un boninvestissementlast_img